Pour qui? Pour quoi?


A peine arrivée, j'ai eu envie de rédiger et d'illustrer nos découvertes et notre nouvelle vie. Pour ceux que ça intéresse, mais aussi pour nous, des fois que nos mémoires nous jouent des tours.

lundi 30 juin 2014

Mon oeil, dernier épisode


J'étais venue pour trois ans, cela va faire quatre ans... C'est le moment de tout remettre dans la valise, les objets, les souvenirs, les odeurs et les bruits. De ne garder que ce qui peut être déplacé, des objets qui ne vont pas perdre de leur magie chinoise, qui vont me rappeler que j'ai vécu à Shanghai, parce que je le sais, au fil du temps j'aurai des doutes. Des tonnes de souvenirs gravés à jamais, des bons qui me rendront nostalgiques, de moins bons qui m'auront, malgré tout, fait grandir, qui m'auront aidée à me connaître un peu mieux. Se séparer du reste. S'asseoir sur la valise quand même pour pouvoir la fermer. Et là-bas, la vider, petit à petit, gentiment, en douceur.

Partir d'ici....
Mes enfants disent que ce sera impossible de se réhabituer au silence, à l'organisation, aux règles, à la lenteur, à l’immobilisme, aux heures de fermeture des magasins, à la prudence, la sobriété, la modestie...  la liste est longue. 

... pour retourner là !
Non, ce n'est pas un village, comme on le pense ici. Juste une petit ville
suisse de moyenne importance, à taille humaine.
"La Chaux-de-Fonds, ville de Le Corbusier a été pendant
plus de 100 ans le centre mondial de l'horlogerie.  [...]
La cime des arbres de la ville culmine à exactement 1000 mètres d’altitude,
faisant d’elle la ville la plus élevée d’Europe. La ville horlogère est inscrite
au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2009."
(http://www.myswitzerland.com/fr/la-chaux-de-fonds.html)
Pourtant, c'est de là que je viens, c'est avec cette culture-là que j'ai observé l'exubérance et le dynamisme de Shanghai, dont je n'ai pas toujours compris l'organisation de vie, de la société. Maintenant, riche de cette expérience, malgré tout, l’œil est affuté, j'aimerais pouvoir orienter mon regard vers ma société, certaine de ne pas tout comprendre non plus. Peut-être y aura-t-il un autre blog "Mon Œil", qui sait ?

De la beauté électrique...


... à la beauté bucolique































Dans le fond, malgré mon enthousiasme, j'ai toujours su que cette aventure aurait une fin. Je souris quand des expatriés se sentent "plus chinois que les Chinois". Avec toute notre bonne volonté, même si certains s'expriment dans un mandarin nuancé, nous ne serons jamais chinois, la société chinoise est exclusive. Elle a besoin de savoir-faire d'ailleurs, jusqu'à ce qu'elle le maîtrise, mais elle tient les rênes, par des règles fluctuantes (voir par exemple Concession française : Outrage ! ), de la corruption (On ne rigole pas !) ou des cadeaux (Les petits cadeaux entretiennent l'amitié) qui ne nous sont pas familières, en tous cas pas sous ces formes. On a décidé de nous tolérer à Shanghai, pour le bénéfice pour chacune des parties, donnant-donnant, certains avancent même qu'on a sacrifié Shanghai. Les portes se sont ouvertes, elles pourraient aussi se refermer...

Un magasin d'électronique (téléphones, ordinateurs, tablettes...)
qui s'appelle "Apple pie", ça doit donner quelques soucis
aux juristes de la marque à la pomme.
Ici, mes racines n'auraient pas pu trouver un terrain propice. Tout bouge tout le temps. prenons en exemple un restaurant ouïghour qui m'a fait découvrir que certaines régions du pays mangeaient aussi du pain ou de délicieux pâté à la viande de mouton. Je m'en suis régalée pendant une petite année. Puis, le restaurant a été démoli, puis reconstruit, toujours ouïghour. Plus de pain, plus de pâté à la viande, mais encore des brochettes de mouton dans un agencement tout neuf. Depuis un mois, les marteaux piqueurs y ont travaillé, un échafaudage a été posé, pour un nouveau restaurant ouïghour? Trois restaurants en quatre ans, je suis l'avancement des travaux, n'y verrai pas l'aboutissement... ni final, ni définitif, puisque tout change constamment. La photo de 2010 ne ressemble que vaguement à celle de 2014. Un Chinois a expliqué que ces constants changements permettent d'offrir du travail à tout le monde. Un autre a déclaré que tous ces constants travaux permettent à des officiels de toucher régulièrement des dessous de table; pour illustrer ses propos, il a mentionné un pont près de chez lui qui était refait tous les cinq ans... Alors quand on vient d'un pays où l'on construit pour plusieurs générations, on a besoin de temps pour s'enraciner.
Au bon vieux temps (juin 2011) !

Décoré et paré, le jour de sa nouvelle ouverture,
le 13 novembre 2011
En pleins travaux (juin 2014)














Retourner chez moi, certainement. Aller voir ailleurs, pourquoi pas ? Parce que c'est un énorme privilège de pouvoir observer un pays, une région, ou une ville de l'intérieur, ce qui n'arrive que rarement quand on part en vacances. Rien que pour la citation de Mark Twain, j'aurais envie de découvrir un autre coin du monde :

Le voyage est fatal aux préjudices, à la bigoterie et à l'étroitesse d'esprit. 

Je dois encore glisser dans ma valise des visages de gens qui m'ont souri, aidée, touchée, nourrie, écoutée, massée, reconnue, coiffée, consolée, fait rire, des gens qui ont rendu ce séjour... unique? inoubliable? émouvant? je n'ai pas de mot qui s'approche de mon sentiment au moment où j'écris ces lignes.











 








J'ai composé ce texte alors que je vivais mes derniers et mes dernières, rencontres, repas, achats, visites... Avec ce blog, j''ai appris que je pouvais écrire, que j'aimais poser mes étonnements, mes bonheurs, mes frustrations... Contrairement à ce que j'imaginais au départ, je n'ai pas écrit que pour moi, pour compenser une mémoire défaillante, compléter ou corriger des premières impressions trop émotionnelles ou lacunaires. Je me suis prise au jeu de consulter chaque matin la liste des provenances de mes lecteurs : au début, que de Suisse, c'est normal; puis de pays francophones, encore normal. Peu à peu, les Suisses ont lâché, toujours normal, moi aussi j'ai "oublié" de consulter des blogs de voyage de copains. Par contre, ce qui n'a pas cessé de m'épater et de me réjouir, ce sont tous ces lecteurs de contrées tellement exotiques que je ne résiste pas à les mentionner, pour les remercier  d'avoir pris le temps de s'arrêter ici : Allemagne, Algérie, Angola, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Belize, Bénin, Brésil, Bulgarie, Burkina Faso, Burundi, Cambodge, Cameroun, Canada, Chine, Colombie, Corée du Sud, Côte d’Ivoire, Danemark, Djibouti, Égypte, Émirats arabes unis, Espagne, Estonie, États-Unis, Iles Féroé, Finlande, France, Gabon, Grèce, Guinée, Guyane française, Haïti, Inde, Indonésie, Irlande, Israël, Italie, Japon, Kazakhstan, Liban, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Mali, Maroc, Martinique, Maurice, Mauritanie, Mexique, Monaco, Népal, Niger, Norvège, Nouvelle-Calédonie, Panama, Pays-Bas, Pakistan, Philippines, Pologne, Portugal, Qatar, République tchèque, Réunion, Royaume-Uni, Roumanie, Rwanda, Russie, Sénégal, Serbie, Singapour, Suède, Suisse, Taïwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Ukraine, Vietnam, Yémen. Incroyable, non ? Comme ces quatre ans à Shanghai !


(Tombée de rideau)

NB un mois plus tard : Pour continuer, parce que cet exercice me manque, rendez-vous sur http://mon-oeil-helvetie.blogspot.ch/ où il n'est plus question de Chine, plus directement en tous cas, mais de cette Suisse qui est aussi parfois bien déconcertante.

2 commentaires:

  1. Ben mince, oui tout arrive... J'ai du mal à y penser, qu'un jour viendra qui sera aussi mon dernier...
    Merci amie blogueuse de m'avoir fait découvrir une ville que j'aimerai redécouvrir grâce à tes propos percutants et plein d'humour. Notre brève rencontre sur les chemins ouïgours m'a ouvert les yeux sur Shanghaï vu par une suissesse... c'est la magie des voyages... Baladez-vous et partagez!
    Le retour en Suisse sera une nouvelle aventure, toujours un blog j'espère!
    Amitiés de blogueuse voyageuse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout arrive... et pas que du mauvais.
      Regarder tout ce qui est très familier avec un œil curieux, dégainer l'appareil photo pour mettre en boîte un immeuble devant lequel on a passé et repassé sans lever le nez, c'est aussi un voyage.
      C'est un peu plus difficile d'être critique, parce que c'est aussi de moi qu'il s'agit, que je porte en moi, cette prudence qui caractérise les gens d'ici et de leurs projets. Ici, peu de folie, on assure tellement qu'une bonne idée pourrait bien ne pas voir concrètement le jour. L'improvisation chinoise qui parfois m'énervait et souvent me faisait sourire ou rire aux éclats me manque déjà. Ici, peu d'impro, mais du réfléchi lentement, du mijoté, ce qui a aussi du bon...
      Pour l'instant pas de blog en vue, mais des cartons à vider, des tas de choses qui paraissaient indispensables il y a 4 ans et qui finissent sur le trottoir en attente du camion "déchets encombrants". Ici, on jette, on ne recycle pas. Les goûts changent en 4 ans, il est tout à fait possible de se désencombrer, c'est jouissif!
      Et quand j'aurai des coups de blues, je ferai un saut sur Cath à HK.
      Bonnes vacances en France.

      Supprimer