Pour qui? Pour quoi?


A peine arrivée, j'ai eu envie de rédiger et d'illustrer nos découvertes et notre nouvelle vie. Pour ceux que ça intéresse, mais aussi pour nous, des fois que nos mémoires nous jouent des tours.

jeudi 30 août 2012

Aquarium

 

Qu'on se le dise, les zoos, les ménageries en général, ne sont pas ma tasse de thé. J'y vais parfois, mais ce ne sera jamais mon choix premier. Néanmoins, quand quelqu'un suggère d'aller visiter l'aquarium de Shanghai, je ne résiste pas trop. Pas tellement pour voir toutes sortes de poissons, de tous les continents, des colorés, des gros, des petits, des magnifiques, des moches... Des poissons restent des poissons.


A ma décharge, il faut préciser que nous choisissons toujours de nous y rendre quand il y a foule. Mais y a-t-il des moments où il n'y a personne ? Dans ces moments-là, je trouve les Chinois un peu énervants, indisciplinés, bruyants, envahissants... Des exemples ? Bon, d'accord.

Si personne ne nourrit les poissons,
par contre les gens mangent et boivent
et déposent leurs détritus partout
sauf dans les nombreuses poubelles
Malgré les signes trouvés dans
beaucoup d'endroits, qu'est-ce qu'ils
peuvent taper contre les vitres





Il est bien difficile d'admirer un aquarium ou un bassin ou
n'importe quoi sans que quelqu'un pose devant
Alors, pourquoi est-ce que j'aime y retourner ?

Pour les requins, bien sûr !

L'entrée dans la fosse aux requins. Ouh, ça fait peur...

C'est sur un tapis roulant qu'on nous balade
à l'intérieur de tunnels


video
(musique Pink Floyd, Atom Heart Mother, what else?)

Pour se rappeler de vacances à la mer en regardant les poissons tropicaux...

video
(musique Manu Chao, Bongo Bong)
Mais surtout, surtout, pour le bal des méduses... 

video
(musique, plus dur, il faut deviner)*

http://www.sh-aquarium.com/en/html/index.aspx
si on veut en savoir davantage
*Genesis, Horizons, hé oui !

mercredi 29 août 2012

Miss Monde



Depuis le 18 août, la plus belle fille du monde est chinoise, ça ne m'étonne pas. Il y a des filles incroyablement jolies autour de nous. Voyons ce que nous disent les dépêches :

"Elle est trop chou, cette miss..."

"Hier se tenait l’élection de miss monde 2012 et c’est miss Chine, Yu Wenxia, qui a remporté le titre suprême. L’élection s’est tenue à Ordos, en Mongolie Intérieure dans le Nord de la Chine et le public chinois était nombreux pour féliciter la gagnante. La cérémonie était organisée dans le stade futuriste Dongsheng de cette ville située en bordure du désert de Gobi. 116 concurrentes s'étaient présentées au concours, un événement suivi par un milliard de téléspectateurs dans le monde. C’est la sixième fois en 9 ans que le concours miss monde se tient en Chine. Les miss ont d’ailleurs dû s'accoutumer aux coutumes locales, on a ainsi pu les voir visitant des yourtes traditionnelles et boire du lait fermenté.
Ordos, avec ses tours d'habitation qui ont poussé comme des champignons, ses artères vides battues par les tempêtes de sable et son plateau aride troué par les mines de charbon, a la triste réputation d'être la plus grande ville fantôme de la planète."

On sent les médias pas trop convaincus par les charmes d'Ordos.


"Ordos (鄂尔多斯 È'ěrduōsī) est une ville-préfecture de la région autonome de Mongolie-Intérieure. La population de sa juridiction est de 1,28 million d'habitants. La juridiction a les moyens de ses ambitions. Elle est située au cœur de la Mongolie-Intérieure, nouvel eldorado des Chinois. Le district revendique un tiers des réserves de gaz naturel du pays et un sixième du charbon. Le charbon répond à 70 % des besoins énergétiques nationaux. Un minerai de haute qualité exploité à ciel ouvert, que des norias de camions acheminent vers le sud du pays. À cela s'ajoutent de l'or, des métaux rares, du cachemire... Croulant sous les devises, le district connaît depuis plusieurs années une croissance économique de 25 %, un taux deux fois et demi supérieur à celui de la Chine." (Wikipedia)

A la lecture de ce qui précède, j'ai bien l'impression que les Chinois doivent se moquer qu'Ordos n'ait pas les charmes d'Athènes. Ordos a du fric, la Chine a du fric, c'est pas pour rien que le concours Miss Monde y a eu lieu 6 fois dans les 9 dernières années. Miss Monde c'est une histoire de fric, les sponsors ne s'y sont pas trompés, le marché chinois leur tourne la tête. Que les miss aient un peu de sable dans les yeux, peu importe !

En fait toutes ce filles sont jolies et il doit y en avoir tellement d'autres dans les villages et les campagnes... qui ne correspondent pas exactement aux normes fixées par le concours. Mais une jolie Chinoise qui devient Miss Monde ça doit faire rêver les jolies Chinoises des villes et des campagnes, les petites, les grandes, les rondes... l'essentiel est qu'elles soient convaincues que les produits des sponsors soient ceux qui peuvent les rendre plus belles.

Miss Monde 2010 : USA
Miss Monde 2008 : Russie
Miss Monde 2007 : Chine

Miss Monde 2004 : Pérou

Miss Monde 1994 : Inde
Parce que nous voici enfin dans le sujet, j'ai pris mon temps !

En Europe, en occident en général, des tas de gens sont convaincus que si tout va moins bien c'est à cause des Chinois. Les Chinois ont la main mise sur l'Afrique, le Brésil... leurs produits bon marché et de mauvaise qualité envahissent le monde et font perdre des emplois ailleurs, c'est ce que je lis et j'entends. Peut-être...

Ici, l'occident envahit le mode de vie chinois. Dans le quotidien. Par exemple, j'ai entendu qu'un nouveau KFC (Kentucky Fried Chicken) s'ouvrait toutes les heures (en Chine, pas à Shanghai), de quoi rendre les petits Chinois un peu plus rondouillards. Mais c'est pas tout. Dans le domaine de la beauté, le modèle occidental fait fureur. Les Chinoises ne se contentent plus de leurs longues jambes sans cellulite, il leur faut des seins, des fesses et des yeux plus grands, comme les nôtres. Parce que la publicité affichée partout ne leur montre que des filles aux grands yeux, quand ce n'est pas carrément des beautés occidentales.



Comme tout le monde n'a pas les moyens d'envisager une opération des paupières, il existe des artifices, par exemple des lentilles qui agrandissent exagérément les pupilles. En bleu, c'est encore plus joli...


En nous baladant dans les magasins, nous avons remarqué des soutiens-gorge avec tellement de mousse qu'ils font gagner 2 tailles. La vendeuse a dû se demander pourquoi je partais avec l'un d'entre eux (pour la photo, pas pour gagner 2 tailles). Ailleurs, nous avons été attirés par de fausses fesses.


Alors, la question du jour est la suivante : qui envahit qui?

En ce qui me concerne, la plus belle fille du monde, c'est la mienne. Joyeux anniversaire, ma fille !

mardi 28 août 2012

Les petits cadeaux entretiennent l'amitié

Louis Vuitton fait des cadeaux assez prisés par les Chinois
Trouvé dans le China Daily :

Louis Vuitton, Cartier et Hermes sont les marques de luxe les plus populaires parmi les riches Chinois lorsqu'ils s'agit de faire des cadeaux à des amis ou contacts professionnels. La liqueur  Moutai est la seule marque locale dans le top 10.

" Les cadeaux sont l'un de piliers de la culture chinoise. Les sommes dépensées en cadeaux sont phénoménales par rapport à l'Occident " Ce n'est pas n'importe qui qui le dit, Rupert Hoogewerf est le président de Hurun Report, une unité de recherche d'un groupe d'édition.

Voyons le rapport concocté par son agence.

Domestic brands largely absent from gift lists


Dans le cadre du sondage, 503 Chinois d'une moyenne d'âge de 41 ans dotés d'une fortune moyenne de 63 millions de yuans (7,8 millions d'euros) ont été interrogés. On ne sait pas exactement combien les Chinois les plus fortunés dépensent en moyenne par cadeau, mais on sait par contre que leurs dépenses globales en 2011 ont baissé pour atteindre 3% de leurs fortunes totales, ce qui représente une chute de 9% par rapport à l'année précédente.

On voit que les marques italiennes (ici Armani, Prada) ont
pignon sur rue à Chongqing
Profitons de cette statistique pour nous plonger dans les règles de base du cadeau en Chine.
  • Les Chinois aiment les cadeaux peu accessibles en Chine, des objets d’artisanat ou d'une provenance étrangère sont très appréciés.
  • Les Chinois n'ouvrent pas les cadeaux quand ils les reçoivent. 
  • Un Chinois peut refuser un cadeau deux ou trois fois (voire davantage) avant de finalement accepter. Ne pas abandonner au premier refus, mais savoir reconnaître un refus sincère.
  • Les Chinois préfèrent un cadeau en retour plutôt qu'un mot de remerciement.
  • Ne pas offrir des couteaux, des ciseaux ou tout objet symbolisant une fracture de relation. Eviter aussi tout ce qui va par 4 (puisque c'est un nombre qui porte malchance).
Ce n'est pas mentionné, mais je suppose qu'une Aston Martin
pourrait aussi être appréciée... pour autant qu'elle ne soit pas blanche !
  • Pour des relations commerciales, le cognac, le whisky et des bons vins sont un bon choix.
  • Des fleurs, pourquoi pas? Mais pas des blanches, traditionnellement utilisées pour les deuils.
  • Un panier de pommes, ça c'est une bonne idée, parce que pomme sonne comme paix en chinois.
  • C'est pareil pour un cadeau a quelqu'un qui vient d’emménager, en offrant un vase on fait d'une pierre deux coups : on n'a jamais assez de vases et en plus vase (hua ping) sonne aussi comme paix.
  • Si quelqu'un se lance dans sa propre affaire, lui offrir une fleur de bambou est le bon plan. Les nombreux anneaux que l'on trouve sur la tige du bambou représentent le développement continu et la fortune.
  • Les cadeaux peuvent être emballés ou placés dans un sac cadeau, mais bien sûr pas blanc. Ave un emballage rouge et or, on est sûr de viser juste.
Adapté très librement de Chinese Gift Etiquette, Gift Ideas and Taboos de Robert Thompson (2007)

Les fleurs, une valeur sûre

dimanche 26 août 2012

Vous parlez français ?


On s'en doute, la réponse est "non"... Pour la plupart des Chinois, la langue étrangère, la seule, l'unique, c'est l'anglais. Pour eux, c'est clair, tous les Occidentaux s'expriment en anglais. D'ailleurs le journal local pour expatriés est en anglais. Mais tous les Chinois ne parlent pas anglais, loin s'en faut. Un collègue de travail de Fred est toujours très surpris de constater que nous nous parlons en français, pas en anglais. Ben ouais... Parfois, il mélange un peu et pense que c'est de l'allemand puisque c'est exotique de toute façon. On ne peut pas lui en vouloir, moi je ne fais pas la différence entre japonais et coréen !

Il existe quand même des originaux, des extravagants, des fous qui s'expriment drôlement bien en français (salut Eva !) ou l'apprennent avec beaucoup d'assiduité (salut Kelly !). Et au détour d'une rue, on peut tomber sur un étrange "café Chabrol" tenu par des Chinois fans du réalisateur français :


Des organisations destinés à rassembler les Français ou les francophones, ou à encourager la pratique de la langue existent :

http://www.cerclefrancophonedeshanghai.com/
http://www.faguowenhua.com/
http://www.lasemainefrancaisedeshanghai.com/
http://www.institutfrancais-chine.com/
http://www.afshanghai.org/

C'est en faisant quelques recherches sur la toile pour ce billet que j'ai réalisé qu'il y en avait plus que je ne l'imaginais. Il faut croire qu'ils n'ont de visibilité que si on les connaît déjà...

J'ai profité d'aller voir un film suisse...



















Et tout ça pour en arriver où? A une grande surprise, une découverte, un rappel. L'autre jour, je suis allée apporter un paquet à la poste. Après avoir rempli de nombreux formulaires (je dois déjà l'avoir écrit, la paperasse c'est un sport national), la pas très souriante employée m'a remis un récépissé en chinois et en FRANÇAIS ! J'avais oublié que le français était la la langue officielle de l'Union postale universelle. Wikipedia le confirme :

"Le siège de l'UPU se trouve à Berne, en Suisse. La langue officielle de l'UPU est le français. L'anglais a été ajouté en 1994 en tant que langue de travail. L'organisation internationale compte aujourd'hui 191 États membres."


C'est la Chine qui me le rappelle.

samedi 25 août 2012

Jing'an Villas



Oui, je sais, cette première photo doit choquer ceux et celles qui pensent aux 23 millions de gens qui nous entourent, d'autant plus que j'ai dû me frotter à une partie des 7 millions de personnes qui se déplacent chaque jour en métro. Quand j'aurai encore ajouté que ce petit coin de paradis s'ouvre, au nord, sur une des rues de shopping les plus fréquentées, Nanjing Xi Lu, on comprendra mieux ma joie de me retrouver dans ce havre de quiétude en plein centre-ville.


Tout d'abord, il faut trouver l'entrée du quartier, coincée entre deux rangées de boutiques de luxe, devant lesquelles je dois avoir passé des dizaines de fois sans rien remarquer.


Comme c'est souvent le cas dans les shikumen, on passe devant le garde pour pénétrer dans le complexe, une allée principale avec des ruelles de part et d'autre, dans ce cas accueillant des petits cafés un peu bohèmes parmi les habitants souvent octogénaires.





















La rumeur court que ce quartier pourrait devenir le nouveau Tianzifang (dont je n'ai encore jamais parlé), même genre d'endroit, mais envahi de touristes à la recherche d'authenticité, qui ont obligé les résidents locaux à s'en aller trouver ailleurs des logements plus abordables. Espérons que ce ne sera pas le cas !





















Au départ, le terrain était un cimetière pour les migrants de Chaozhou (sud de la Chine); plus tard des Britanniques s'en sont servis pour y construire des écuries pour leurs chevaux. Dans les années 1920, c'est un riche Chinois de la province voisine du Zhejiang, Zhang Jingjiang, qui a acquis ces terres sur lesquelles 183 villas ont été construites en 1932 pour accueillir les chefs entreprises étrangères et leurs familles, des politiciens, des réalisateurs de films, des médecins...

A la Révolution culturelle, les maisons ont été divisées en appartements pour loger de nombreuses familles.

 


 


Les quelque 3000 résidents sont tous d'accord, pas de "grands" magasins, pas restaurants graisseux, ni de bars attirant des foules bruyantes, il s'agit de permettre à de l'endroit de survivre, un îlot de paix préservé de l'agitation environnante.

En regardant mes photos, je me dis qu'il faudra
que je retourne dans cette chambre "perte de
mémoire"... si je peux la retrouver !

vendredi 24 août 2012

Les voisins


En face de chez nous, heureusement, il y beaucoup de petits immeubles, ce qui nous assure une vue dégagée, sur plus loin, Xujiahui, Jing'an, et même, par temps clair, sur Pudong. En face de notre immeuble, il y en a trois, un peu plus bas, disons une douzaine d'étages; ils ne nous gâchent donc pas la vue, mais on les voit bien... sans les voir vraiment, ils font partie du décor.





















Il a fallu que nos visiteurs de l'été, quelques minutes avant leur retour vers le vieux continent, attirent notre attention sur de nouveaux voisins de l'immeuble d'en face. Une famille endormie sur le toit.


Des gens qui dorment dans la rue, on en voit, parfois, pas tous les jours, pas de bidonville non plus. Mais c'est quand même toujours choquant que des gens dorment dehors, aux pieds de monstres de verre et de fer futuristes et de boutiques de luxe. C'est la première fois que nous voyons une famille sur un toit. Forcément, depuis la rue, on ne sait pas ce qui se passe en hauteur. Nous les regardons le matin, dormir, tous les quatre sur leurs cartons, se réveiller, gentiment, d'abord le père, puis les enfants, puis la mère, quand le père s'en va. La fille qui s'occupe de son petit frère pendant que la mère range "la chambre". Nous observons quand ils arrivent le soir. A dix heures, ils sont installés.


















Nous les regardons, perplexes. Aussi un peu troublés d'avoir une chambre d'amis souvent vide. Ce n'est pas tellement le fait qu'ils dorment dehors qui nous perturbe. Il fait chaud, c'est l'été... mais c'est de devoir dormir là-haut, c'est foutûment haut et dangereux ! Et, toujours la même rengaine, c'est inadmissible dans un pays "socialiste à spécificité chinoise" dont le gouvernement est riche.

La maison du vigile
Mardi, j'ai essayé d'entrer dans le bâtiment. Par devant, on oublie, il y a une banque, entrée surveillée avec des caméras. Pour aller remplir son porte-monnaie, pas de souci, pour monter sur le toit, ce n'est pas le bon plan. Par derrière, pas de caméra, mais un vigile plutôt vigilant qui ne m'a pas laissée entrer sans raison valable. Je n'en avais pas, j'ai joué à la touriste curieuse ...et je ne suis pas entrée. Comme le soir-même je voyais Kelly qui m'aide parfois à décoder cet étrange pays, le sujet de notre moment de conversation en chinois était tout trouvé. Cette fois, son explication m'a déconcertée : Comme il fait très chaud, il arrive que des gens préfèrent dormir dehors plutôt que dans la moiteur de leur logement. Dans les campagnes, les gens dormaient volontiers devant chez eux en été. Ah, Kelly, tu peux faire mieux que ça ! J'ai vérifié, il y a des clims hideuses à tous les étages... Nous ne sommes pas parvenues à un accord sur ce sujet. Je reste convaincue que ces gens n'ont pas de logement.

Mercredi, la mère a replié leur lit de fortune, a même passé un coup de balai à l'endroit où il reposait et, depuis, ils ont disparu. Alors je me demande, est-ce ma visite dans la cour de l'immeuble ou mes regards intrusifs depuis mon balcon qui les ont faits fuir ? Est-ce que Kelly avait raison puisque leur départ coïncide avec une baisse de température ? Ont-ils trouvé un logement ? Et depuis deux matins, je scrute les toits avoisinants, des fois qu'ils auraient changé de lieu.














Pendant ce temps, le nouveau quartier d'en face est toujours vide, les barricades sont tombées, mais les gardiens restent. Après avril 2012, on nous parle de novembre 2012, à des prix exorbitants.