Pour qui? Pour quoi?


A peine arrivée, j'ai eu envie de rédiger et d'illustrer nos découvertes et notre nouvelle vie. Pour ceux que ça intéresse, mais aussi pour nous, des fois que nos mémoires nous jouent des tours.

dimanche 17 juin 2012

Calligraphie chinoise : du bonheur


Une dame qui s'exerce à la calligraphie
sur le Bund tôt le matin.
Pas de tag, elle écrit à l'eau.
La calligraphie chinoise se singularise par l'originalité et la richesse de l'écriture chinoise. La calligraphie chinoise permet donc un champ d'expression très large. 

Au Musée d'art
Dans les temps anciens, les caractères chinois étaient gravés sur des os de bœufs ou des carapaces de tortues, puis sur des bronzes. La calligraphie au pinceau se pratique sur du papier de riz ou sur de la soie (plus fragile). Le matériel d'un calligraphe s'appelle les Quatre trésors du Cabinet du Lettré. Il s'agit du pinceau, du papier, de l'encre et de la pierre à encre. L'encre se présente sous forme de bâtonné que l'on frotte sur la pierre à encre avec de l'eau pour obtenir une encre fluide. Maintenant, l'encre se trouve en petite bouteille, bien plus pratique et de bonne qualité. Mais cette dernière méthode ne permet pas d'avoir toute les densités voulues. 

Encre et pierre à encre
Tenir le pinceau juste, tout droit




J'ai découvert tout ça en Suisse en suivant un cours d'initiation à la calligraphie chinoise qui m'a, en outre, valu plein de surprises. Par exemple, lors de la première leçon, nous avons pratiqué le trait horizontal. "Et encore?" m'a demandé ma fille après la leçon. Encore rien du tout, le trait horizontal, en dizaines d’essais dont il ne faut garder que le meilleur... Faire et refaire, c’est aussi travailler.




A l'issue du cours, nous avons demandé à notre prof quand nous serions prêts pour prendre nos distances par rapport aux modèles imposés. "Quand vous aurez maîtrisé parfaitement vos caractères", nous a-t-elle répondu sans ironie.

Une bonne calligraphie était traditionnellement le reflet du niveau de culture d'un lettré. Un bon médecin devait être un bon calligraphe (différentes cultures, différentes normes, semble-t-il !) et les concours impériaux pour devenir fonctionnaire mettaient plus l'accent sur la calligraphie du candidat que sur le contenu de la copie ! 
La grille "grain de riz" qui
sert de base pour bien
équilibrer un caractère
Et voici ce que ça donne avec
le caractère de bon

L'histoire de l'écriture chinoise (plus de 3000 ans) a permis de développer de nombreux styles calligraphiques. A cela s'ajoute les différentes graphies d'un caractère : en moyenne 3 par caractères. Le caractères bonheur possède par exemple plus de cent graphies différentes, donc déjà un vaste éventail de possibilités. On peut aussi varier sur les pleins et déliés pour exprimer les émotions. On peut calligraphier différemment certains caractères d'un texte pour renforcer ou varier leur sens. Bref, le message que la calligraphie chinoise peut faire passer est très vaste

Voici donc ce caractère, fu, dans différentes graphies :







C'est fou-fou, non ?

Pour apprendre la calligraphie chinoise, il est préférable de connaître les bases de l'écriture chinoise, sinon il faudra l'apprendre sur le tas. On commence par étudier les traits fondamentaux, puis à tracer des caractères dans le style régulier. Ensuite on apprend le style courant puis, enfin, le style de l'herbe très cursif. Les chinois disent que le style régulier c'est comme se tenir debout, le style courant c'est comme marcher et le style de l'herbe comme courir. 

Je me rappelle de passer le premier quart d'heure de chaque leçon à prendre conscience de ma position sur la chaise (dos droit, poids équilibré, poignets souples...), de préparer mon encre tout en observant le trait ou caractère à exercer pour le mémoriser, et visualiser les mouvements du pinceau et l'orientation des poils. Tellement pas dans ma nature !

Ce que je retiens de tout ça est qu'entrer dans cet univers, c'est s'initier à la patience, à une gestion différente du temps, à se dépasser... mais aussi à devenir d'excellents copieurs, jusqu'à atteindre la perfection  du modèle de base. Est-ce que ce n'est pas justement ce que nous reprochons aux Chinois?

Le texte en italique provient de http://www.chine-culture.com/calligraphie-chinoise/calligraphie-chinoise.php tout comme les photos et exemples qui ne sont pas de moi.

video

En visite au Musée d'art pour perfectionner son style
sur des modèles classiques...

2 commentaires:

  1. C'est vraiment très beau ... Et quand te remets-tu à la calligraphie?!?

    RépondreSupprimer
  2. Il me manque pas mal de patience pour y trouver du plaisir. Je ne suis pas une perfectionniste, loin s'en faut, et je sais que je préfère me lancer dans des choses plus spontanées et fantaisistes, même si je ne maîtrise pas mes gammes... Et il ne me reste pas 50 ans pour maîtriser un style!

    RépondreSupprimer