Pour qui? Pour quoi?


A peine arrivée, j'ai eu envie de rédiger et d'illustrer nos découvertes et notre nouvelle vie. Pour ceux que ça intéresse, mais aussi pour nous, des fois que nos mémoires nous jouent des tours.

vendredi 24 février 2012

Dans le brouillard


Ça y est, nous l'avons le brouillard le plus dense de l'année depuis mardi, avec, semble-t-il, une force particulière mardi et mercredi.

Moi, je trouve assez beau. Tout est feutré, enveloppé dans un nuage dense... pour autant qu'il ne dure pas des semaines. Maintenant, j'ai aimé, j'ai vécu l'expérience, passons à autre chose !

A l'aéroport de Pudong en attente de nouvelles
Je serais moins enthousiaste bien sûr si je devais voyager. L'aéroport de Pudong, en deux jours, a dû annuler 298 vols et en reporter 440. 150 supplémentaires ont pu atterrir à l'aéroport de Hongqiao. Il faut dire que Pudong est au bord de la mer alors que Hongqiao est plus à l'intérieur des terres.


Au port, des centaines de bateaux ont dû rester à quai car la visibilité était moins de 10 mètres. Dangereux, certes, mais ça devait être bien beau.


Il paraît que c'est une situation exceptionnelle, due à la forte humidité mélangée à un air chaud venu de l'est. Chaud, chaud, n'exagérons rien. Enfin, il n'est plus question d'air chaud, car un front froid est arrivé du nord. Ça aurait dû chasser le brouillard, mais je pense qu'il se plaît bien par ici, car maintenant il est toujours sur nos têtes et il fait frisquet.

lundi 20 février 2012

Fangbang Lu 方浜路



Fangbang Lu est une petite rue de la vieille ville chinoise que j'aime beaucoup. Parce qu'elle est vraie. Enfin dans sa partie occidentale, entre Xizang Nan Lu 西藏南路 et Henan Nan Lu 河南南路. Après c'est une autre histoire..




Depuis Xizang Nan Lu, juste avant de bifurquer sur Fangbang Lu,
la vision entre la vieille ville et la nouvelle est assez impressionnante
Au temps des concessions, Nanshi était une enclave chinoise enfermée derrière un rempart circulaire, abattu en 1912. Jusqu'à la décennie 1990, la ville chinoise était un dédale de ruelles et de vieilles maisons. Depuis, les bulldozers et les promoteurs ont passé par là. En 2007, nous avions découvert cette rue "par hasard" et j'étais sûre qu'elle était sur le point de disparaître. Or, elle existe toujours, et c'est tant mieux. Les habitants résistent.

En gros, la rue commence près du marché des criquets. Ici, pas de paillettes, peu de touristes. Juste la tranquillité, quelle que soit la saison, quel que soit le moment de la journée.

Mode d'emploi : s'y promener lentement,  lever les yeux, prendre son temps, surtout.

video

Et parfois, une chaîne stéréo offre l'ambiance musicale. Il faut dégainer la caméra sans hésiter !

Des maisons "historiques" de 1929
cernée de tous côtés...

Des maisons sur 2 étages, du linge qui sèche au soleil




















C'est par là que les photos du billet Quand c'est pas l'heure, c'est pas l'heure ont été prises.

On prend son temps pour acheter son thé...
... ou ses mandarines







Pour cette section, j'ai l'impression qu'on peut être confiant, elle va résister encore quelques années.

A partir de Renmin Lu 人民路, la rue perd sa partie nord qui est devenue un grand terrain vague, parfois parking, parfois rien. On peut ainsi se concentrer à regarder la partie sud



Fangbang Lu et les immeubles de Henan Lu
Les rues perpendiculaires méritent le coup d'oeil





Dans cette rue, on y vit dehors et on y mange beaucoup !

Canards ou poulets?
On prépare
On vend
On fait la vaisselle
 
La question que je me pose : Combien de temps cette section de rue va-t-elle encore exister ?

Le traditionnel réparateur de vélos